Les types d'engagement | PairForm - Blog
Les types d’engagement

Les types d’engagement

engagementPour commencer notre série d’articles sur l’engagement, nous vous donnons une définition de cette notion. Nous détaillerons ensuite 3 types d’engagement. Même s’il existe plusieurs catégorisations dans la littérature, nous vous présenterons le découpage le plus courant. Cet article s’appuie plus particulièrement sur la réflexion pédagogique de Sévérine Parent intitulé “De la motivation à l’engagement”.

Définition de l’engagement

Plusieurs chercheurs s’accordent sur une définition commune : L’engagement est compris comme le déclenchement de l’action, la quantité d’efforts et la qualité de la persistance face aux tâches de formation, tout autant que l’état émotif de l’apprenant. L’avis du conseil supérieur de l’éducation du Québec indique en 2008 que l’engagement est l’interrelation de l’importance qu’un individu accorde à sa formation avec l’effort qu’il consent pour l’acquisition du savoir et avec les liens qu’il établit et entretient avec son environnement. L’engagement suppose de s’investir et de développer des relations avec les acteurs de la formation. Il implique donc une participation active.

3 dimensions de l’engagement

L’engagement est multidimensionnel. Il est constitué d’une composante affective, d’une composante comportementale et d’une composante cognitive. Ces 3 composantes sont en permanence imbriquées, intervenant les unes après les autres, ou en même temps. Il n’y a pas d’ordre prédéfini.

L’engagement affectif

Cet engagement est lié à la valeur et à l’intérêt accordés par l’apprenant au dispositif de formation et à l’apprentissage. La perception de soi et des tâches à accomplir ont un impact sur l’engagement affectif. Il se traduit par les émotions que l’apprenant éprouve vis-à-vis de la formation, des acteurs (apprenants et formateurs), du contenu et des activités pédagogiques. Ces émotions peuvent être positives (comme la gaieté ou l’intérêt) ou négatives (comme la tristesse, l’ennui ou l’anxiété). Cet engagement affectif est influencé par le sentiment d’appartenance à la formation. Il peut avoir un impact sur la réussite. Souvent, le décrochage est dû principalement à un manque d’engagement affectif envers le système de formation.

L’engagement comportemental

L’engagement comportemental, aussi appelé engagement sociorelationnel, touche au comportement de l’apprenant vis-à-vis des relations avec l’environnement, avec ses pairs, avec ses formateurs, avec la vie dans le système de formation. Il peut se mesurer par la participation active aux activités, l’investissement dans la formation (le temps qu’il y consacre en face-à-face, en travail personnel…), l’interaction avec les acteurs de la formation, ou par l’absence de comportements qui perturbent la formation. Il peut s’observer aussi par la tendance à expliquer des notions aux autres apprenants.

L’engagement cognitif

L’engagement cognitif se rapporte au comportement de l’apprenant par rapport au savoir,  à l’investissement des ressources cognitives et à l’effort mental déployé lors de la réalisation d’une activité. Cet engagement peut se définir par le recours à des stratégies de :

  • gestion des ressources d’apprentissage (identifier les ressources utiles, définir un plan de travail…),
  • cognitives (les méthodes de travail pour apprendre),
  • métacognitives (planifier, contrôler son action…) .

Il comprend aussi la persistance aux activités, c’est-à-dire la volonté de faire des efforts dans la durée. Le prochain article proposera un approfondissement de cet engagement cognitif et des divers niveaux de stratégies d’apprentissage.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial