Comparaison des niveaux d'engagement cognitif | PairForm - Blog
Comparaison des niveaux d’engagement cognitif

Comparaison des niveaux d’engagement cognitif

Le précédent article sur l’engagement a présenté quatre niveaux d’engagement cognitifs : passif, actif, contributif, interactif. Ces niveaux ne sont pas équivalents en termes d’apprentissage. Le présent article se concentre sur la comparaison de ces niveaux à partir des résultats de recherche. Il commence par l’explication des processus sous-jacents à ces niveaux et se poursuit par la comparaison de l’efficacité.

Processus d’acquisition des connaissances

Les activités d’apprentissage conduisent à faire évoluer les connaissances de l’apprenant. Cette évolution reflète sa compréhension après l’apprentissage. Il acquiert la connaissance selon des processus qui dépendent du niveau d’engagement :

  • Mémorisation isolée (passif) : les nouvelles informations sont mémorisées de façon isolée, c’est-à-dire, elles ne sont pas interconnectées avec des connaissances antérieures. Il en résulte que le nouveau savoir peut être activé uniquement dans un contexte similaire où il a été acquis. Aucun lien avec les autres connaissances n’est fait.
  • Intégration (actif) : les nouvelles informations activent des connaissances antérieures pertinentes et des liens sont établis entre les deux. La sélection d’informations, dans le support d’apprentissage, active, dans le cerveau, un ensemble de connaissances, un modèle mental. Les nouvelles informations sont insérées dans ce modèle et viennent l’enrichir.
  • Inférence (constructif) : les nouvelles informations sont intégrées dans les connaissances antérieures. En produisant des contenus complémentaires, de nouvelles connaissances sont inférées (déduites, induites, combinées, corrigées, réorganisées, évaluées…) et intégrées avec celles qui existaient auparavant. Des liens entre différents modèles mentaux peuvent être établis.
  • Co-inférence (interactif) : des nouvelles connaissances sont inférées et intégrées de façon itérative de par le dialogue constructif entre pairs. L’avantage du processus de co-inférence est que chacun bénéficie des inférences des autres participants de façon cumulative et  dans une spirale positive.

Effets de l’apprentissage

Les effets de l’apprentissage (learning outcomes) varient eux aussi selon le niveau d’engagement de l’apprenant. Quatre niveaux de compréhension sont identifiés, chacun étant associé à un type d’engagement.

  • Compréhension minimale (passif) : les informations mémorisées, n’étant pas reliées à d’autres, peuvent être réexploitées uniquement dans un contexte similaire à celui où elles ont été acquises. Ce mode est adapté s’il n’y a pas de besoin de rattacher l’apprentissage à autre chose. Ainsi, l’acquisition d’une procédure à appliquer telle quelle peut se faire dans un niveau d’engagement passif. Un autre exemple est la réalisation d’exercices toujours du même type.
  • Compréhension superficielle (actif) : Les nouvelles connaissances, étant intégrées dans un modèle mental, peuvent être appliquées dans de nouveaux contextes. L’apprenant est alors capable d’expliquer des concepts similaires à ceux appris.
  • Compréhension profonde (contributif) : Les apprenants ont créé des inférences, ont relié des modèles mentaux, ont justifié des savoirs procéduraux. Les modèles sont enrichis et solides ce qui facilitent le transfert des acquis à d’autres contextes. Ils peuvent interpréter et expliquer de nouveaux concepts. Ils peuvent effectuer des généralisations et des analogies.
  • Compréhension élevée (interactif) : L’évolution des connaissances résulte des interactions, des inférences réciproques. Chacun développe plus de connaissances qu’il n’aurait pu faire seul. De nouvelles idées, de nouvelles connaissances apparaissent. L’apprenant peut créer de nouvelles idées, faire des interprétations ou inventer des produits.

Conclusion

Les auteurs de l’article de recherche aboutissent à l’hypothèse que le niveau d’engagement « interactif » est plus efficace d’un point de vue apprentissage que le niveau « contributif ». De même, ce dernier est plus performant que le mode « actif ». Le niveau « passif » est le moins performant des quatre. Pour valider leur hypothèse, les auteurs ont mené diverses expérimentations et effectué une analyse minutieuse d’autres travaux de recherche publiés dans la littérature scientifique.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial